,

Le bain dérivatif et ses vertus

Le bain dérivatif est une thérapie utilisée dans les médecines traditionnelles depuis des siècles. Elle consiste à rafraîchir l’entrejambe au moyen de frictions d’eau froide du pli de l’aine à l’anus. Cette méthode favorise l’élimination des toxines et la lyse des graisses. Ce pratique aux nombreux bienfaits, ré-introduite en France par France Guillain n’a pas encore été reconnue scientifiquement.

En pratique…

Il suffit donc d’avoir un bidet, un lavabo, voire un simple seau d’eau. Mais vous pouvez aussi le faire au bord d’une rivière si vous connaissez un lieu où la solitude est garantie.
Il est important d’avoir les reins et les pieds au chaud (prévoir des chaussettes) pendant le massage qui doit durer entre 15 et 20 minutes.

Se frictionner avec un gant de toilette mouillé à l’eau froide le pli de l’aine en allant de l’extrémité supérieure des poils pubiens à l’anus, en alternance de chaque côté. S’assurer que le gant soit toujours froid en le trempant régulièrement dans l’eau.

Il est important de ne jamais masser la zone du bas ventre située entre le nombril et les poils pubiens afin d’éviter de générer du froid sur cette partie du corps, ce qui selon la médecine chinoise, pourrait affaiblir l’énergie de la rate et des reins et provoquer des stases au niveau de l’utérus.

Après une semaine de pratique quotidienne (matin et soir), vous constaterez déjà l’élimination des toxines : vos urines vont devenir oranges et vos selles jaunes… C’est impressionnant.

Pour les personnes pressées, les bains dérivatifs peuvent se pratiquer grâce à une « couche » remplie d’un liquide réfrigéré à porter durant la journée. C’est malgré tout moins efficace.

Vertus et bienfaits pour la santé…

Cette pratique permet de faire descendre la chaleur qui monte et se montre efficace en cas de fièvre (idéal pour les bébés et les enfants), de montée de yang du foie en médecine chinoise comme les migraines et céphalées ou les boutons de fièvre (feu du foie). Il permettrait de soulager l’insomnie, les angoisses, et de nombreuses causes d’inconfort : douleurs (dos, nuque, arthrose), boutons en tout genre (acné, eczéma, allergies), fatigue, perte de cheveux, constipation, névralgies…

Le bain dérivatif peut également être un allier intéressant car il permet également le remodelage progressif de la silhouette, une régulation du poids ainsi qu’une repigmentation progressive des cheveux qui pourraient retrouver partiellement ou totalement leur couleur d’origine.

Les bains dérivatifs ont des effets apaisants, ce qui leur permet d’atténuer beaucoup de douleurs. Quand les symptômes se présentent, il est conseillé d’effectuer un bain dérivatif pendant une demi-heure. Ils ont également des effets anti-inflammatoires et sont également recommandés pour soulager les douleurs dentaires en attendant d’avoir un rendez-vous chez le dentiste. Un bain dérivatif d’environ une demi-heure peut calmer les névralgies, mais aussi améliorer les déchaussements dentaires ou les saignements de la gencive

Un art de vivre séculaire…

IMG_JaponnaisLa plupart des peuples vivent avec l’entrejambe bien aéré. Ils ne l’enferment pas sous plusieurs couches de textile. Ils se contentent d’un pagne, une robe, une toge… voire rien du tout. Même si cette pratique est courante sous des climats plus chauds certains occidentaux ont conservé ces traditions comme nos amis Ecossais et leur célèbre Kilt.

Selon France Guillain, spécialiste française des bains dérivatifs, la marche sans sous-vêtements permet de frotter les aines l’une contre l’autre, légèrement humides de sueur et dans un courant d’air frais.

Cela permettrait d’une part de stimuler les tissus conjonctifs (fascias) pour drainer les déchets métaboliques, d’autre part de diminuer légèrement la température du corps.

L’habitude de trop se couvrir l’entrejambe ou de porter des vêtements trop serrés ou synthétiques (collants, mesdames) augmenterait la température corporelle, favorisant l’inflammation, donc l’oxydation et le vieillissement. Toujours selon France Guillain, la température corporelle moyenne des Occidentaux serait ainsi passée en 50 ans de 36,6°C à 37,2°C, indiquant un état inflammatoire chronique. Par ailleurs la posture assise dans un fauteuil avec un ordinateur portable sur les genoux, chauffant dangereusement ces parties qui n’en avaient pas besoin, aggraverait encore fortement les choses, jusqu’à la stérilité.

A bon entendeur…

 

Valérie SIDOT valerie@heliaportage.com

0 Commentaires

Laisser une réponse

Copyright © 2006-2021 HELIA Portage, Groupe HELIA. Thème KLEO par Seventh Queen

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account